RCF juin 2016 – Pour une spiritualité de l’erreur

Jean-Baptiste HibonAudio MédiasRCF juin 2016 – Pour une spiritualité de l’erreur

RCF juin 2016 – Pour une spiritualité de l’erreur

Nous faisons tous des erreurs. Mais peut-être nous permettent-elles de progresser et de grandir sur le chemin de la foi. Jean-Baptiste Hibon répond à Véronique Alzieu.

« L’erreur peut devenir un moteur, peut être une dynamique pour aller vers le meilleur de nous-mêmes. » Ce thème de l’erreur, c’est Jean-Baptiste Hibon lui-même qu’il l’a soufflé à Véronique Alzieu pour cette série « Halte Spirituelle ». Conférencier, formateur, thérapeute et psychosociologue, il s’appuie sur son expérience du handicap pour s’interroger sur l’échec.

Qui dans sa vie n’a pas été confronté à l’échec ou au moins au sentiment d’échec? Le divorce, la maladie, un handicap, une période de chômage, une amitié qui meurt… C’est un regard de foi que Jean-Baptise Hibon pose et propose sur l’erreur. Il y voit une véritable pédagogie de Dieu: « Dieu a permis à l’homme de faire des erreurs parce que derrière il a un plan d’amour ; l’erreur serait abérrante s’il n’y avait pas le plan d’amour divin« . Le thérapeute croyant considère l’erreur comme un lieu de mort. « L’erreur invite à trouver des moyens pour devenir plus vivant« , explique-t-il.

Erreur, faute et péché: quelles différences? L’erreur serait proprement quelque chose d’humain, en dehors des conceptions spirituelles ou religieuses. La faute serait du côté de la morale et le péché de l’ordre du spirituel. « Entre erreur, faute et péché il y a pour moi une graduation non pas dans la gravité mais dans la volonté personnelle. » Pour Jean-Baptiste Hibon, une erreur commise consciemment volontairement pour détruire relève du péché.

Source : rcf.fr

1/5

2/5

3/5

4/5

5/5